Démarrer son projet de référencement naturel

Le référencement naturel est l’un des points les plus importants pour la réussite de votre projet web. Et pourtant cet aspect du projet est bien souvent négligé par le commanditaire. Relégué au second voire au troisième plan, la mise en place d’une stratégie de référencement arrive bien souvent lorsque le site est terminé, mise en ligne et indexé par les moteurs de recherche. Mais être indexé ne veut pas dire être bien référencé. L’effort à fournir n’en sera que plus important pour faire comprendre aux moteurs que notre site est intéressant et mérite un meilleur classement par son algorithme.google-search

Principes de base pour un référencement naturel performant.

Le référencement est un travail de longue haleine qui demande à travailler sur son site et sur sa réputation en ligne. Ce travail n’est jamais terminé et votre positionnement dépendra donc de votre capacité à le faire vous même ou de celles à qui vous le déléguez.

Les bonnes pratiques de développement

Il existe des standards de développement, contrôlés principalement par un organisme nommé le W3C. Celui ci a permit d’unifier les règles d’interprétation du code par les navigateurs. L’écosystème des navigateurs web est une véritable jungle : nous en trouvons sur nos ordinateur de bureau, nos smartphones, sur nos télévisions, les consoles de jeu, nos voitures, etc. Il en existe des dizaines à travers le monde.

Aujourd’hui nous utilisons bien souvent des CMS (Content Management System) pour publier nos sites web. PrestaShop, WordPress Jomla et autres Magento sont des outils efficaces pour déployer un site rapidement qui soit respectueux des bonnes pratiques de développement. Si ils mâchent le travail et respectent les recommandations techniques nécessaires à un bon référencement web, encore faut-il exploiter leurs possibilités.

  1. Hiérarchisez votre contenu en donnant toujours un titre de niveau 1 à vos pages (balise <h1> pour les intimes). Il ne doit n’y en avoir qu’un par page, et ce doit être le premier titre. Si possibles donnez des titres de niveau 2 (<h2>) pour scinder le contenu de vos pages en sous parties.
  2. Remplissez vos champs de descriptions destinés aux moteurs de recherche, appelé « méta description« . Invisible aux internautes, elles contiennent un résumé du sujet de la page. Faites une phrase contenant des mots clés tout en gardant une tournure de phrase agréable. C’est cette description qui apparait sous le titre de la page dans les résultats des moteurs de recherche.
  3. Lorsque vous insérez des images, faites en sorte que celle ci soient les plus légères possibles en passant par un logiciel dédié. Choisissez un format .jpeg ou .png si il y a de la transparence. Et renseignez le champ « alt » de cette image ! Car si le navigateur ne peut charger l’image pour une raison ou pour une autre, ce texte alternatif s’affichera en lieu et place.  C’est un principe de base pour l’accessibilité de votre site Internet.
  4. Dans le même ordre d’idée, soignez l’accessibilité de vos liens en remplissant le champ « title » de ceux-ci. Et profitez-en pour glisser un mot clé !
  5. Si vous développez votre site à la main, ne le faites pas avec des tableaux html, c’est une technique des années 90. Et elle doit le rester 🙂
  6. Faites un site en Responsive Design ! Si en 2016 votre site Internet n’a pas un affichage adapté aux smartphones et aux tablettes, votre stratégie SEO va sérieusement battre de l’aile. C’est d’ailleurs officiellement un critère pour Google depuis peu.
  7. Optimisez votre site pour qu’il soit le plus rapide possible à se charger. Mettez en place un système de cache et réduisez la taille de vos pages de code. Ce point fera l’objet d’un futur article sur ce blog.
  8. Créez un fichier sitemap.xml et soumettez le à Google, mais aussi à Bing via leurs Webmaster Tools. Cela mâche leur travail d’indexation de vos pages. Je vous prépare un petit tutoriel sur ce sujet qui vous éclairera un peu plus.

Et la transition vers notre second point est toute trouvée :

Les outils de mesure de son audience.

Outils de mesure d'audience web

Il fut un temps ou pour toute mesure de son audience, nous nous en remettions à Xiti, sorte de compteur de visites d’une imprécision légendaire. Ce petit bout de code que l’on insérait en bas de page comptais le nombre d’affichage de la page…et c’est tout! Mais c’était déjà bien. Aujourd’hui, nous avons des outils de mesure de notre audience d’une finesse incroyable. Voici les deux incontournables du moment : Google Analytics et Search console (ancien Google Webmaster Tools). Bien entendu, cette liste est non exhaustive.

  1. Google search Console est un outil développé par Google qui vous permettra de monitorer votre site Internet. Outil d’exploration comme Google, renseignement sur les problèmes d’exploration des pages ( la fameuse erreur 404: page non trouvée), statistiques sur le nombre d’affichage dans les résultats de recherche et clics vers votre site générés, les informations sont nombreuses. Rien que pour indiquer votre sitemap à Google, s’inscrire à ce service gratuit est indispensable.
  2. Google Analytics est une mine d’or d’information sur les comportements de vos visiteurs. Installer cet outil sur votre site une étape incontournable pour l’améliorer en continu. Vous saurez de quels pays viennent vos visiteurs, leurs fréquences de visites, le temps qu’ils restent, le parcours qu’ils ont effectués sur votre site, etc. Vous obtiendrez des statistiques sur les visites quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles. Et vous accéderez à l’une des informations les plus importantes : le taux de rebond. Il s’agit du pourcentage de visite unique pour une page. Un visiteur arrive sur une page et repart tout de suite? Vous devez améliorer quelque chose sur cette page. Cette information à elle seule justifie de devoir installer Google Analytics.

Bien souvent, ces deux outils permettent d’avoir un aperçu assez précis de la fréquentation de son site web, des comportements de vos visiteurs  et de la manière dont les moteurs de recherches nous perçoivent. Il en existe d’autres, dont notamment Bing Webmaster Tool, qui n’est pas à négliger si vous envisagez une présence aux États-Unis car le moteur de recherche de Microsoft y est mieux implanté que chez nous.

Le contenu rédactionnel

Il sera performant dès qu’il permettra aux moteurs de recherche de faire correspondre les recherches des internautes avec le contenu de votre site Internet. Que fait -t-on lors d’une recherche?  On tape des mots clés. Ces mots clés doivent obligatoirement être présent dans vos titres, vos pages et vos liens. Soignez votre champ lexical, faites des phrases simples et courtes. Utilisez des mots variés et soyez attentifs à votre orthographe.

Mais attention tout de même : Depuis le temps qu’elle est pratiquée, la sur-optimisation des pages web et devenu un critère de rétrogadation par Google et consorts. En effet, il n’était pas rare de voir des sites Internet pratiquant à outrance ces techniques de référencement en ayant pour contenu principal des dizaines de mots clés sur chacune de leurs pages, sans liaisons les uns aux autres : les sites étaient bien classés, mais les internautes ne trouvaient pas ce qu’ils cherchaient.

L’expérience utilisateur est un gage de qualité.

seo_et_ux

Un référencement naturel sera réussi si il permet à l’internaute de trouver ce qu’il cherche,  celui-ci restera sur la page un certain temps et ce sera perçu comme un gage de qualité du contenu. Le top? Faites en sorte qu’après ce temps passé sur la page, le visiteur ne revienne pas en arrière (mal perçu)  mais trouve un lien dans le contenu qui le fasse consulter une nouvelle page. C’est le signe que le maillage interne de son site Internet est bon, que le contenu est cohérent. N’oubliez pas que les nombreuses données que l’on sème sur Internet permettent de tracer le parcours d’un internaute d’une page à l’autre, d’un site à l’autre.

Une page correspond à une thématique, une idée, une réponse. Votre visiteur cherchait certainement quelque chose de précis, alors faites en sorte qu’il trouve exactement ce qu’il est venu trouver.

  1. Lorsque vous créez une page, associez la à un « super mot clé » ou « focus keyword« , celui qui donnera le fil directeur du contenu.
  2. Faites en sorte que ce mot clé se retrouve dans votre titre principal.
  3. Créez du contenu textuel et visuel. L’association des deux est important car les images permettent d’illustrer le texte et de varier la mise en page. Arriver sur une page pour lire un pavé est décourageant pour de nombreux internautes. La page doit-être agréable à parcourir pour garder votre visiteur.
  4. Définissez un nuage de mots clés pertinent autour du thème de votre page, et employez le dans le texte.
  5. Faites des liens vers d’autres sections de votre site. Votre site est une toile que vous tissez.

La longue traine.

La longue traine, c’est le fait de se positionner sur de nombreuses requêtes générant un trafic faible. Mises bout à bout, ces requêtes peuvent représenter un pourcentage énorme de votre fréquentation. Ces requêtes sont souvent générées par des termes peu concurrentiels, vagues, sur lesquels vos concurrents ne vont pas se positionner car les mots clés qui vont générer ce trafic sont trop éloignés de votre activité. Parfois, l’imprécision à du bon.

Et pour avoir une longue traine performante, il va falloir faire l’inverse de ce que l’on a pu voir plus haut et éviter de viser des mots clés précis et créer un volume de contenu important. Utiliser un champ lexical large sera votre cheval de bataille dans cette partie de votre référencement naturel :

Vous voulez vous positionner sur les séjours à la montagne que vous organisez? Alors évoquez des notions de géologie. Parlez de matériel de randonnée. Et si le mot clé « séjour montagne » ne fonctionne pas car il est trop concurrentiel, il y a fort à parier que « découvrir relief Pyrénées » ou « chaussure randonnée une semaine » vous amènera quelques visiteurs. Multipliez par le nombre de cas de figure, vous pourriez faire venir des centaines voire des milliers de personnes sur votre site web.

Un site en première place de Google?

Un conseil : si quelqu’un vous promet que vous serez en première place de Google pour votre secteur d’activité, fuyez! Car à moins que vous ayez le budget pour qu’une équipe spécialement dévolue à cette tache y passe 100% de son temps, c’est une promesse intenable.

Entre les changements d’algorithmes, les parties inconnues de cet algorithme qui échappe même aux ingénieurs de Google, l’arrivée d’un nouveau concurrent sur vos mots clés, le réveil d’un ancien que vous aviez réussi à doubler… Il faut bien un premier, mais il n’y a pas d’autres recettes que l’optimisation constante et le développement de sa réputation pour bien figurer dans les moteurs. Et méfiez vous des offres trop alléchantes, qui pourraient même vous pénaliser. Je pense aux techniques de SEO Black hat en particulier.

Avoir une présence sur Internet, être reconnu de ses pairs , de ses clients, être cité dans des forums ou des articles de blog, avoir des visiteurs réguliers et régulièrement des visiteurs, voici ce qui garantira sur le long terme votre présence dans le haut des résultats de recherche. Et pour ce faire, il n’y a pas de secret, il faut avoir un contenu digne d’intérêt. Alors, soignez votre notoriété !

 

Personnellement, j’applique ces techniques SEO sur chacun de mes projets, dès le début du développement d’un site. Et si votre site est déjà en ligne mais que vous souhaitez améliorer votre positionnement dans les moteurs de recherche, je peux vous aider à améliorer votre référencement naturel. Pour en savoir plus, contactez moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *